Les supports

 

Différents supports peuvent être utilisés pour l'enluminure :

Au départ, les enlumineurs utilisèrent le papyrus, hérité des égyptiens, qu'ils assemblaient en livres, les codex. Mais le papyrus est très fragile, et ne permet pas la longue conservation des documents.

Vint alors le parchemin : beaucoup plus solide et résistant (un bon parchemin ne peut pas se déchirer à mains nues), il a rapidement supplanté le papyrus. C'est d'ailleurs en grande partie grâce à ce support que tant d'oeuvres nous sont parvenues du Moyen-Age. On distingue aussi une sorte de parchemin différent , le vélin. Cette appellation est réservé au peaux de veau ou de chevreau morts-nés, et est très blanc et très fin. Le parchemin est aujourd'hui difficile à trouver, et est cher, mais reste malgré tout le support par excellence de l'enluminure médiévale.

Le papier reste une alternative, mais qu'il soit aquarelle, fait main ou autre, il doit être assez épais pour supporter la peinture et la dorure.


Le Parchemin

Je vais vous parler plus longuement du parchemin, car il nécessite une préparation spécifique.

Le parchemin est très sensible à la chaleur, et a tendance à bouger, ce qui peut détruire votre travail, d'où la nécessité de le tendre. De plus, le parchemin étant un support très gras, il faut le préparer afin qu'il puisse recevoir la peinture, l'encre et la dorure...

 

Tendre le parchemin

Pour tendre le parchemin, il faut d'abord l'humidifier, mais pas le mouiller, c'est-à-dire qu'il ne doit pas être en contact direct avec l'eau.

Pour cela, il vous faut un linge, drap ou serviette (de préférence blanc mais non blanchi à la javel) et une feuille de papier (un peu plus de 2 fois la taille du parchemin et de plus de 100gr.).

Placer votre feuille de parchemin en sandwich dans la feuille, de façon à ce qu'elle ne dépasse pas. Mouillez entièrement le linge, puis essorez-le afin qu'il soit mouillé, mais non dégoulinant. Placez votre sandwich dans le linge, plié à la taille de la feuille de papier : votre parchemin n'est donc pas en contact direct avec l'eau, mais ainsi placé dans un environnement humide, il sera au bout de quelques heures totalement malléable.

Lorsqu'il est humide et très souple, il ne vous reste plus qu'à le tendre sur une planche (assez solide pour supporter la tension qu'exercera le parchemin en séchant) à l'aide de kraft gommé. Attention : vous perdrez les marges qui auront été collées.

 

Préparation du parchemin

Si votre parchemin présente trop d'imperfections, poncez le tout d'abord au papier de verre fin. Ensuite il faut l'apprêter à recevoir l'enluminure.

Pour cela, j'utilise un mélange de pierre ponce et de poudre d'os de seiche (qui ont des propriétés abrasives), et de poudre de gomme sandaraque (qui améliore l'adhérence de l'encre sur le support).

Mélangez 8 mesures de poudre de pierre ponce, 4 mesures de poudre d'os de seiche et 2 mesures de poudre de gomme sandaraque. Frottez ce mélange sur votre parchemin à l'aide d'un petit bout de parchemin, puis enlevez le surplus avec une plume ou un pinceau souple.

Vous pouvez compléter ce traitement en appliquant sur votre parchemin du fiel de boeuf à l'aide d'un pinceau (celui-ci permet l'adhérence de la peinture sur tous supports).

Votre parchemin est maintenant prêt à être enluminé!!


Retout en haut de la page

 

Retour à la partie Techniques 

© EMILE Myriam 2001 - 2002