La dorure

 

La dorure fait partie intégrante de l'enluminure : en effet, le verbe enluminer vient du latin "illuminare", qui signifie mettre en lumière.

La dorure fascine, de par l'éclat qu'elle confère à l'enluminure et la tenue de cette brillance.

N.B. : Toutes les techniques que je vous donne, je les ai déjà testées, et les conseils sont tirés de mes expériences personnelles ou simplement des conseils de personnes plus expérimentées ; les parties vides seront donc complétées lorsque j’aurais moi-même testé ces techniques.

 

Les différentes techniques

 


C'est l'alternative que je conseille aux débutants. En effet, c'est la technique la moins chère, la plus facile et la plus accessible (vous trouverez facilement cette nuance, que vous travailliez à l'acrylique ou à la gouache). N’hésitez pas à vous faire conseillez, certaines gouaches donnent de meilleurs effets que d’autres...

 

Les feuilles d'or (ou d'argent, de cuivre...) se présentent sous forme de carnets d'environ 25 feuilles extrêmement fines, séparés par du papier cristal pour empêcher les feuilles se coller les unes au autres, car l'or adhère à lui-même.

Ces feuilles d'or peuvent être libres ou adhésives (collées au dos, ce qui évite la manipulation, car les feuilles se plient et s’abîment au moindre souffle d’air).

Pour que l'or adhère la partie désirée, il faut appliquer une base ou mordant. Vous avez plusieurs choix.

 

Cette technique peu coûteuse peut aider à s’initier à la dorure à la feuille : en effet, pour préparer ce mordant, il vous faut 1 /2 de colle PVA (que vous pouvez avantageusement remplacer par de la colle blanche), 1 /2 d’eau et un peu de couleur (rouge si c’est pour de l’or ou du cuivre, ou bleu si c’est pour l’argent ou l’aluminium).

Appliquez ce mélange en plusieurs couches si vous désirez du relief (en laissant bien sécher entre chaque couches) et deux couches si vous voulez un dorure à plat (la deuxième permet de s’assurer, car la première couche peut parfois être absorbée par le papier).

 

 

 

Retour à la partie Enluminure
 

© EMILE Myriam 2001 - 2002